Le Projet Vasari XIII : « le beau »

Ah! Le beau. Qu’est-ce qui est beau? Qu’est-ce qui fait que quelque chose soit beau? Vous ne trouvez pas beau? Qu’est-ce qui fait que quelque chose soit beau pour l’un et pas pour l’autre? Pourquoi c’est beau à Hearst et non pas à Toronto? La laideur est-elle maintenant belle? C’est ce qu’aborde cette treizième sortie du Projet Vasari.

Il est ici question de valeurs personnelles, de foi en quelque chose, de morale. L’art contemporain a certes transformé le beau. Le beau d’aujourd’hui n’est pas nécessairement le beau d’hier. BRAVO a invité cinq historiens/philosophes pour répondre à cette question.

Alain Létourneau amorce la discussion avec les Grecs, une notion de beau qui perdurera jusqu’à l’art moderne (vers 1862) où Édith-Anne Pageot prend la relève lorsqu’elle parlera du changement du goût avec les nouvelles théories de la couleur. De là, Yves M. Larocque montrera qu’avec Marcel Duchamp (1917) le beau peut résider dans le concept et non pas nécessairement dans la forme. Là, Daniel Dumouchel montrera que la beauté sera blasphémée, injuriée et que l’œuvre contemporaine (1970) ne comporte plus les mêmes valeurs esthétiques; on parlera plutôt d’une œuvre « bouleversante » au lieu de « belle » ou d’une œuvre « incohérente » au lieu de « laide ». Et pour clore la discussion, la psychanalyste Dominique Cosandey nous invite à raconter nos histoires, vraies, par la peinture. Avez-vous peur de raconter vos vraies histoires?

Un beau programme en perspective, dès cet cet hiver. CLIQUEZ ICI pour la bande-annonce.

 

Alain Létourneau (janvier 2015)
Hippias Majeur; le beau chez Platon

cover hippias cmyk 72dpi web 1

Alain Létourneau est professeur titulaire au département de philosophie et d’éthique appliquée à l’Université de Sherbrooke. S’il s’intéresse surtout à l’éthique et aux problèmes environnementaux, ses recherches constantes en communication sont allées de pair avec un intérêt vif pour l’expérience de l’art, relancé par des publications sur l’interprétation et une participation à un séminaire « Esthétique et philosophie » donné en Italie avec ICSCIS il y a quelques années.

 

Édith-Anne Pageot (février 2015)
Vers un changement de goût chez les Modernes

monet

Professeure Édith-Anne Pageot s’intéresse particulièrement aux questions identitaires et politiques quant à la culture visuelle canadienne, surtout celle qui traite du 20e siècle. Professeure adjointe en histoire et théorie de l’art à l’Université d’Ottawa, ses études et son enseignement l’ont amené au seuil de la période moderne. Elle s’intéresse également aux enjeux importants touchant l’art contemporain, entre autres : le nomadisme et la «psychogéographie» du territoire, l’art et écologie, l’engagement social et la ruralité, le métissage et le post-colonialisme.

 

Yves M. Laroque (mai-juin 2015)
Le champ du signe : le beau du concept

duchamp

Professeur d’histoire de l’art à l’école d’art d’Ottawa, Yves M. Larocque s’intéresse de près à la médiologie du surréalisme canadien-anglais et à diverses questions autour de la sociologie de l’art, une raison pour laquelle il est également directeur général du Bureau des regroupements des artistes visuels de l’Ontario. Il est également peintre, critique d’art, et ses conférences le portent aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud.

Daniel Dumouchel (juillet-août 2015)
L’art aux limites de l’esthétique : la beauté injuriée

warhol

Professeur de philosophie à l’Université de Montréal, Daniel Dumouchel s’intéresse particulièrement à la philosophie moderne ainsi que la philosophie de l'art et l'esthétique d’où la nature de l'expérience esthétique et du jugement critique; les rapports entre l'éthique et l'esthétique; les rapports entre les passions et l'expérience artistique; le statut de la fiction; les modèles d'explication de l'invention et de la créativité; l'explication des " émotions paradoxales " et les théories de l'émotion tragique.

 

Dominique Cosandey
Raconter une histoire, créer le beau à partir de soi

philistines

Dominique Cosandey est psychologue et psychanalyste en pratique privée à Montréal. Elle est également artiste visuelle.

 

Enregistrement de voix
Alexandre Pampalon
STUDIOS SURF (Montréal)
www.surf-studios.com

 

Monteur
BRAVO

Le Projet Vasari XIII : « le beau » a été possible grâce au Conseil des arts de l’Ontario et au ministère du Patrimoine canadien.